Archive for the 'Amériques' Category

"Make it new", Pound et le passé (Davenport)

avril 26, 2012

(Persephone’s Ezra in The Geography of the Imagination, p. 151)

Selon l’appréhension spatiale que Pound avait du temps, le passé est ici, maintenant; son invisibilité est notre aveuglement et non son absence. Le 19e siècle a posé toute chose contre l’échelle du temps et découvert que tout comportement à l’intérieur de la progression monolinéaire du temps était évolutif. Le passé était un cimetière, un musée. Ce fut la détermination de Pound que de défaire cette configuration du temps et de l’histoire, de traiter ce qui était devenu un monde de fantômes comme un monde éternellement présent.

Le silence d’Ezra Pound (Guy Davenport)

avril 25, 2012

Connaissez-vous Guy Davenport? Moi non plus (je suppose une réponse négative: si vous l’aviez connu, vous en auriez parlé!), jusqu’ il y a peu. Jusqu’à ce que je commande The Geography of the Imagination, attiré par le titre puis confirmé par une rapide enquête sur l’auteur[1] (je ne peux pas me rappeler le maillon précédent, ce qui m’a mis le nez sur ce titre).

Pas déçu: 40 essais courts et lumineux.

Exemple:

"Il [Ezra Pound] pouvait passer des journées entières sans dire un mot.

Une douce soirée d’août, après que nous soyons tous allé nager et que miss [Olga] Rudge[2] nous aient invités, le cinéaste Massimo Bacigalupo, l’archéologue Steve Diamant et moi, à diner avec elle et Pound dans leur trattoria favorite sur les collines de San Ambrogio, le vieux poètes brisa des heures et des heures de silence pour dire: "Il existe une pie en Chine qui peut retourner un hérisson et le tuer."

Le silence était à présent le nôtre. Miss Rudge, maîtresse en toutes circonstances de la situation, reprit alors: "Où donc", rit-elle, "avez-vous trouvé quelque chose d’aussi érudit?"

"Dans le dictionnaire de Giles[3]", dit-il, avec une étincelle de malice dans les yeux. Puis il me regarda, et retourna dans son silence jusqu’une bonne heure plus tard, au dessert, lorsqu’il dit: "S’il y a une chose que vous ne devez pas commander ici, c’est le café."

La pie chinoise, dans mon souvenir, garda son secret jusqu’au lendemain. Steve, Massimo et moi l’élucidâmes, avec l’aide de miss Rudge. Trois jours avant j’avais donné à Pound une copie de ma traduction d’Archiloque. C’était au fragment sur le Hérisson et le Renard qu’il avait fait allusion, et c’était sa façon de reconnaître qu’il avait lu la traduction. Il l’avait lue à miss Rudge, et nous apprîmes ainsi que le silence s’interrompait la nuit, lorsqu’il aimait lire à voix haute."

L’anecdote est tiré d’un essai de 1973, "Ezra Pound 1885-1972", une sorte de tombeau d’Ezra Pound, court de 8 pages dans le recueil que j’ai sous les yeux, où je trouve les éclaircissements synthétiques les plus remarquables sur l’entreprise de Pound et sur sa vie.

notes:

  1. http://en.wikipedia.org/wiki/Guy_Davenport
  2. http://en.wikipedia.org/wiki/Olga_Rudge
  3. http://en.wikipedia.org/wiki/Herbert_Giles

Glenn Gould: les maisons grises (1974)

août 8, 2006

Enfin! J’ai retourné ma bibliothèque perso dans tous les sens plusieurs fois à la recherche du passage où Glenn Gould faisait l’apologie des maisons grises. Et puis,tout à l’heure, je tape "glenn gould grey houses" et voilà![en anglais dans le texte]:

Disons, par exemple, que j’ai le privilège de résider dans une ville où toute les maisons sont peintes gris "marine de guerre". [...] Maintenant supposons, pour le raisonnement, que sans prévenir un individu décide de peindre sa maison rouge pompier. [...] La conséquence réelle de son action présagerait l’apparition dans la ville d’une activité maniaque et presque inévitablement – dans la mesure où les autres maisons seraient repeintes dans des teintes semblement criardes – encouragerait un climat de compétition et, corollairement, de violence.

Infra le lien et le contexte (en anglais).

Lire la suite »

"Get up and do something useful" (Confucius chez Pound)

avril 13, 2006

Canto 13:

Kong marcha
     le long du temple dynastique
et pénétra dans le bois de cèdres,
     et puis sortit vers l’aval de la rivière,
Et avec lui Qiu Chi
     et Tian qui parlait bas
Et "nous sommes méconnus" dit Kong,
"Tu vas te mettre à l’art du char?
"Alors tu seras connu,
"Ou peut-être moi je devrais me mettre au char, ou de tir à l’arc?
"Ou à la pratique du discours public?"
Et Zilu dit, "Je mettrais en bon ordre les défenses."
Et Qiu dit, "Si j’étais seigneur d’une province
"Je l’ordonnerais mieux que ne l’est celle-ci."
Et Chi dit, "Je préfèrerais un petit temple de montagne,
"avec des observances bien ordonnées,
     avec une exécution convenable du rituel."
Et Tian dit, avec la main sur les cordes du luth
La sourde résonnance continuant
     après que sa main avait laissé les cordes,
Et le son monta comme de la fumée, sous les feuilles,
Et il regarda le son:
     "Le vieux trou d’eau,
"et les garçons sautant des planches,
"Ou assis dans les buissons jouant de leurs mandolines."
     Et Kong sourit à tous également.
Et Zangxie désira savoir:
     "Lequel d’entre eux a répondu correctement?"
Et Kong dit, "Ils ont tous répondu correctement,
"C’est-à-dire, chacun selon sa nature."
Et Kong leva sa canne vers Yuanrang,
     Yuanrang étant son aîné,

C’est que Yuanrang était assis au bord de la route prétendant
     recevoir la sagesse.
Et Kong dit
     "Vieux fou que tu es, arrête avec ça,
"Lève-toi et fais quelque chose d’utile."
     Et Kong dit
"Respecte les facultés d’un enfant
"Depuis le moment où il inhale l’air pur,
"Mais un homme de cinquante ans qui ne sait rien
     ne mérite aucun respect."
Et "Quand le prince a rassemblé autour de lui
"Tous les savants et les artistes; ses richesses auront été bien employées"
Et Kong dit, et écrit sur les feuilles bo:
     Si un homme n’a pas d’ordre en lui
Il ne peut mettre de l’ordre autour de lui;
Et si un homme n’a pas d’ordre en lui
Sa famille n’agira pas de façon ordonnée,
     Et si le prince n’a pas d’ordre en lui
Il ne peut mettre de l’ordre dans ses domaines.
Et Kong donna les mots "ordre"
et "déférence fraternelle"
Et ne dit rien de la "vie après la mort".
Et il dit
     "N’importe qui peut agir avec excès,
"Il est facile de lancer au-delà de la marque,
"Il est difficile de se tenir fermement au milieu."

Et ils dirent: Si un homme commet un meurtre
     Son père doit-il le protéger, et le cacher?
Et Kong dit:
     "Il doit le cacher.

Et Kong donna sa fille à Gongchang
     Bien que Gongchang fût en prison.
Et il donna sa nièce à Nanyung
     bien que Nanyung fût sans emploi.
Et Kong dit: "Wang gouverna avec modération,
     "De son temps l’Etat était bien tenu,
"Et même moi je peux me rappeler
"Un temps lorsque les historiens laissaient des blancs dans leurs écrits,
"Je veux dire, pour les choses qu’ils ignoraient,
"Mais cette époque semble en train de passer,
Un temps lorsque les historiens laissaient des blancs dans leurs écrits,
Mais cette époque semble en train de passer."
Et Kong dit, "Sans caractère vous serez
     "incapable de jouer de cet instrument
"Ou d’exécuter la musique appropriée pour les Odes.
"Les fleurs d’abricotier
     "volent de l’est vers l’ouest,
"Et j’ai essayé d’empêcher leur chute."

Lire la suite »

Oeuvres de Christophe Colomb (2)

juillet 28, 2000

Au début de son voyage, Colomb fait escale aux Canaries. Là, tandis qu’il passe d’une île à l’autre (de la Grande Canarie à La Gomera?), il longe Teneriffe et son volcan dont il raconte une éruption qui n’est attestée nulle part ailleurs.

"Ils virent sortir des flammes énormes du sommet de l’île de Ténériffe, qui est d’une hauteur tout à fait exceptionnelle"

Le pic de Teide. La montagne du purgatoire. Contes de marins? Le baratin pédant de Colomb à ceux qui l’accompagnent.

L’arrivée dans les îles. Le double langage de Colomb (déjà tous les topoi de l’idéologie colonialiste). Colomb baratineur comme Ulysse.

(report oct. 2006)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 317 autres abonnés